| Espace allaitement   | Espace grossesse   | Espace maternage   | Espace professionnels   |
   Espace allaitement > Lait maternel > Diversification
 
 
 * Retour Accueil du site
 


ADJ+
www.allaitement-jumeaux.com
Soutien aux mères
Organisme de formation


Joyeux Noël

L'ADJ+ vous souhaite un Joyeux Noël!

 

 
  Association
    - Adhérer
    - Consultations (visite+tél)
    - Nos représentantes
    - Nos Publications
   

- Bibliothèque (sélection livres)

     
    - Matériel (et produits)
    - Marques négociées pour nos adhérents
marques négociées
   
     
     
  News
    - Infolactée (weblettre)
    - Info-flash (Bronchiolite- Gastro- Chaleur etc)
    - Edito - coups de gueule
     
  Entre nous
    - Consultations
    - VOS Témoignages
    - DEUX listes discussion
    - Petites annonces
    - "Casting"
    - Bons plans allaitement
    - Paroles d'enfants
    - Questionnaire Etudiantes
    - Liens sites internet
    - Amis des bébés
     
  Galerie photo / vidéos
    - Expo le Mur du sein
    - Photos perso
    - Vidéos
     
  Chercher
     
 

Trève de Noël, seules les patientes en cabinet et les adhérentes pourront me joindre sur mon cellulaire du 22/12 au 07/01 2016

 

   

N'oubliez pas, (futures) mamans de jumeaux, de contacter les membres de l'équipe ou nos listes de discussion

N'oubliez pas les rubriques thématiques qui complètent le Guide de l'allaitement, comme les bobos, les baisses de lait etc


   

Spécial mamans de jumeaux:
Nos représentantes au téléphone et notre liste allaitement-jumeaux

Pour les mamans d'un enfant, Notre consultante (visites et téléphone) et la liste allaitement at yahoogroupes vous permet de rencontrer d'autres mères;

 

 

 
 
 

Diversification ...Article initialement paru dans la Rubrique Allaitement de Multiples 01

 
Diversification: le surcoût alimentaire est trop souvent un leurre-comment l'éviter.
 
Points Importants:

Le message publicitaire est qu'il faut dépenser "plus cher" pour mériter le label de bons parents; "parce que mon enfant le vaut bien"; payer cher montre également qu'on a les moyens pour nourrir son enfant; on débarrasse aussi les parents de la tâche de nourrir leur enfant, en s'en occupant industriellement; or l'alimentation familiale est bien meilleure, avec beaucoup plus de goût, beaucoup moins de sucre, caramel, protéines de lactose, excipients, glutamates.... et en plus: la cuisine familiale est bien meilleur marché. (c'est d'ailleurs le problème des parents qui croient bien faire en dépensant plus)

Ce qui n'empêche pas les purées d'artichaut toutes prêtes, plus pratique qu'à faire soi-même... quant à la qualité, prendre des produits extra frais ou surgelés est bon, ou bien des produits bios... regardez un peu la composition des préparations industrielles: glutamates épaississants, sucres, pommes de terre... on cherche l'aliment essentiel et le goût!!! la semaine du goût, semaine totalement commerciale, n'est pas goûter aux nouveautés goûteuses en octobre.. c'est manger sainement et avec du goût chaque jour; Alors cessons d'être sous l'emprise des publicités; car que veut l'industriel qui commandite des spots d'une minute trente à heure de grande écoute: vendre ses stocks, vendre ses produits, pour gagner de l'argent;

 
 

Début article:

 

C'est parce que le lait industriel ne s'adapte pas aux besoins réels de l'enfant, et n'évolue pas d'un moment de la journée ou du repas à l'autre, ni d'un moment de la tranche d'âge concernée à l'autre, qu'une alimentation diversifiée doit être introduite aux quatre mois de l'enfant. Mais l'allaitement maternel exclusif peut être poursuivi. Et quant à diversifier l'alimentation, des précautions doivent être prises, les produits mis sur le marché ne sont pas tous adaptés au nourrisson. Vers une alimentation plus équilibrée et meilleur marché.

Cette étude s'adresse à tous les parents envisageant ou ayant déjà commencé, une diversification alimentaire de leurs bébés, et ne s'inscrit pas seulement dans le cadre de l'allaitement maternel.


La proposition qui suit a été employée avec succès sur mes fils à leurs 9mois1/2; 5 mois après l'allaitement maternel se poursuit toujours, la diversification aussi; Cette méthode nous a permis de résoudre le problème du coût, mais aussi du temps; les enfants quant à eux sont passés aux morceaux sans problème et très rapidement.

Dans quel cas, et pourquoi introduire une alimentation diversifiée:

La diversification alimentaire n'a de raison d'être mise en place vers 4 mois que dans le cadre d'une alimentation au lait artificiel. Voici les deux cas, lait maternel, et lait industriel:

  • L'allaitement maternel peut être poursuivi sans problème et exclusivement jusqu'aux 6-9 mois des enfants, contrairement à ce que les industriels de l'alimentation infantile, et leurs représentants secondaires: les magazines parentaux, peuvent affirmer. Un bébé au sein peut ne rien prendre d'autre que du lait maternel, sans apport liquide ou solide, pendant neuf mois, car sa qualité évolue en fonction des besoins personnels de l'enfant, besoins personnels et réels, exprimés par sa succion du mamelon.

Donc mamans qui allaitez, oubliez ce que les magazines et publicités peuvent vous dire, un allaitement exclusif est possible et normal pendant 9 mois, vos enfants n'auront pas de carence; un allaitement peut être poursuivi, exclusif ou avec une alimentation diversifiée, même si vous reprenez une activité.

A ce sujet, je tiens à tirer mon chapeau à Prima d'octobre 98, dans son article sur les allergies. L'article mentionne l'intérêt de l'allaitement maternel dans la prophylaxie des allergies, et surtout, mentionne que l'allaitement maternel peut être suivi pendant 6 à 9 mois, à l'exclusion de tout autre aliment solide ou liquide. Enfin!!!!!

  • C'est parce que le lait industriel ne s'adapte pas aux besoins réels de l'enfant, c'est parce que le lait industriel est identique d'un moment de la journée à l'autre, d'un moment du repas à l'autre, d'un moment de la tranche d'âge concernée à l'autre, qu'une alimentation diversifiée doit être introduite aux quatre mois de l'enfant.

Mais sous certaines conditions.


Mais revenons à l'étape commune aux parents, quelque soit le mode alimentaire des enfants.

Le danger vient entre autres des préparations toutes faites:

  • Tout d'abord, qui a dit d'introduire de la jardinière de boeuf dès l'âge de 4 mois, quand on sait que l'introduction de la viande doit être la plus tardive possible, surtout la viande de boeuf (attention: cela n'a rien à voir avec "la vache folle", c'est une question de maturité digestive).

De nombreuses préparations sont en vente et "adaptées" à partir de 4 mois, alors que si vous lisez des documents publicitaires, de ces pubs qui sont envoyées avec les boîtes cadeaux naissance, vous y lisez expressément qu'il faut attendre au moins 6-8 mois avant d'introduire de la viande. Et ces groupes fabriquent et vendent des petits pots de viande "à partir de 4 mois"? Et se contredisent!

Le grand groupe alimentaire auquel je fais allusion n'est donc pas cohérent avec lui-même.

  • Qui a dit "mangez de la soupe au lait industriel".

La maman qui allaite ne peut faire appel aux soupes toutes prêtes, qui contiennent du lait industriel. Elle peut néanmoins donner une purée de légumes qui ne contient pas de lait industriel.

La purée peut être donnée telle qu'elle, ou bien être mélangée à du lait qui aura été exprimé. (tiré).

La maman qui allaite peut, enfin, faire une soupe elle-même, et ajouter son propre lait, et congeler le tout en petites portions pour une quinzaine de jours. Alors la soupe pourra être donnée non au biberon, mais au verre à bec verseur. Sinon, à la tasse, au coquetier.....Mes enfants boivent au verre à bec verseur depuis leurs 7 mois. Je n'ai pas eu l'occasion de le faire plus tôt, car ce système a été introduit lors de la vague de chaleur qui s'était abattue en mai 98 en Ile de France.

Le lait enrichi n'apporte pas de fer supplémentaire:

Depuis quelques années, des laits spéciaux, enrichis en fer, sont mis sur le marché. Il est vrai que des statistiques récentes annoncent que les enfants ont des carences en fer, entre autres. Et les industriels de l'alimentation infantile de proposer un lait enrichi, culpabilisant les parents qui n'ont pas encore acheté le bon "gnagnalait", et se faisant une marge appréciable..

Saviez-vous que le fer n'est pas assimilé quand il est associé à du lait?

C'est chimique. C'est biologique. Le fer n'est pas assimilé. Votre gnagnalait vous coûte très cher, et pour rien. Le lait enrichi est un attrape-nigaud qui vide votre porte-monnaie.

Quant aux carences en fer, notamment, il apparaît qu'une bonne alimentation bien diversifiée, et/ou au lait maternel, est un bon remède peu onéreux, pour peu qu'on ait l'information pour une bonne diversification.

Qui a dit que vous deviez consommer des mélanges de petits pots?

J'ai la grande chance de ne pas avoir repris mon travail, mais je suis une femme très occupée, et la préparation des repas n'est vraiment pas ma priorité. Donc mes propositions s'adaptent également aux mamans qui travaillent à l'extérieur.


Voyez donc le menu du soir de mes enfants:

viande blanche (un peu jeunes pour du boeuf) ou poisson avec un légume vert en purée, et un féculent; un fruit et un morceau de pain. Puis tétée.

Or nos enfants ne mangent pas de petits pots..... sauf la purée de légumes, car ils sont trop jeunes pour manger des boîtes de conserves et je manque de temps et de moyens pour faire le marché... à la ville voisine.

Quiconque aurait le permis voiture, ou aurait un marché dans sa ville ou son quartier pourrait y acheter des légumes frais.

Par contre, je vais vraisemblablement faire appel aux légumes congelés, que je cuirai à la vapeur, puis mixerai ou couperai en petits bouts, selon nature du légume.

  • Ils mangent la même chose que nous.

Au lieu de cuire deux filets de poisson, j'en cuis trois (en fait cinq : notre repas 3 filets, mon déjeuner du lendemain 1 filet, leur dîner du lendemain 1 filet). Au lieu de cuire 2 escalopes, j'en cuis trois (ou cinq, selon modèle ci-dessus).

Leur féculent : des pommes de terre que nous coupons en morceaux, ou de la semoule, ou des vermicelles, ou ......


Et voilà une nourriture économique, où l'on ne cède pas à la pression de l'industrie alimentaire infantile, et qui ne prend pas de temps, car parents et enfants mangent la même chose. Les parents mangent "sain" et gagnent sur plusieurs tableaux.

Evidemment, les soirs où vous avez envie de manger de la pizza, des ravioles vietnamiens, du poisson cru sauce soja, une paella, un chile etc.... et bien vous cuisez une escalope à part pour les enfants, ou bien vous réchauffez une escalope cuite la veille....

  • Retrouvez les vrais saveurs des aliments:

Les préparations du commerce manquent de goût, et ce n'est pas en ajoutant du sel (surtout pas) que ces non-aliments retrouveront un goût d'aliment.

En faisant appel à la cuisine familiale pour les enfants, profitez de la découverte des saveurs de vos bambins, pour redécouvrir le vrai goût des aliments. Jouez: fermez les yeux, et retrouvez la saveur salée, amère, forte, ténue, du poulet, de la dinde, des haricots verts, de la pomme de terre nouvelle, de tous les types de pommes de terre. Profitez-en....

Un quignon de pain fait les délices des enfants qui outre l'aspect dûr de la croûte, et l'aspect mou de la mie (qui un jour va appeler le jeu et l'activité de la future pâte à sel), offre la possibilité de faire travailler la gencive, et de favoriser la sortie des dents... sans trop de douleur.

Une carotte entière, lavée et épluchée peut faire patienter vos bambins à table; de la même manière qu'avec le pain, les gencives seront sollicitées, même sans dents, et vont "travailler", la sortie des dents sera favorisée, sans douleur. Idéal même quand on est en famille, et qu'on a perdu l'anneau de dentition....

Gardez comme principe que la façon dont vos enfants découvriront ces aliments aura son importance dans leur alimentation de demain. Et il n'est pas trop tard pour vous, le cas échéant.

  • A table si vous mangez en même temps:

Pour l'organisation, nous sommes deux parents pour deux enfants, nous mangeons ensemble, un parent à côté d'un enfant et nous donnons une cuillère à l'un, une cuillère à l'autre, et laissons aussi les enfants manger seuls (à la main). Oui, cela peut paraître un peu "crade", mais nous remontons bien les manches, les enfants ont un large bavoir sur leur pyjama (moins fragile qu'un vêtement), et surtout, nos enfants acquièrent une bonne dextérité, et mangent des morceaux presque depuis le début de leur diversification.....

Quant au midi, que nous venons de diversifier très récemment, il s'agit d'une soupe. Je prends un des bébés au sein, à côté de son frère qui, assis dans son siège, boit sa soupe dans un verre à bec verseur, et mange son bout de pain. Puis quand le premier a fini de téter, je l'installe dans son siège, et allaite l'autre.

  • A table si vous mangez plus tard:

Vous avez le choix entre faire cuire le repas au moment de faire dîner les enfants, et vous réchaufferez vos parts quand vous dînerez.

Ou bien vous réchauffez pour les enfants les "restes" de ce qui a été cuit la veille à leur intention. Et plus avant dans la soirée, vous cuisinerez pour vous (en prévoyant le repas des enfants pour le lendemain)

Conclusion :

Et voilà comment le manque d'information entraîne des dépenses inutiles. Ce manque d'information, on peut y pallier, mais certainement pas en se fiant aux industriels, qui auraient trop à y perdre. En suivant l'exemple ci-dessus, vous optez pour une meilleure qualité et pour un gain sur tous les tableaux :

  • Gain de temps: car vous ne cherchez pas le rayonnage des petits pots
  • Gain d'énergie, la vôtre, à devoir réchauffer en quatrième vitesse les préparations, les vider dans une assiette....
  • Gain d'énergie, pas de poêle pour les parents et de micro-onde pour les enfants.
  • Pas de souci à l'extérieur, vous êtes reçus et prenez vos repas tranquillisés. Vous n'avez pas besoin de prévoir un chauffe-biberon, et une prise de courant; pas de souci....
  • Au téléphone, nos interlocuteurs nous donnaient l'air de nous vanter, quand nous disions que nos bambins mangeaient leurs fruits coupés en deux, voire entier, et cela avant même d'avoir 13 mois. "Oh les vantards". Et puis nous avons été invités, et nos enfants ont pris leur repas "en société". Maximilien prit sa banane, en croqua un bout, le mâcha, en croqua un bout, le mâcha, puis enfourna la moitié restante. Alexandre lui, prit son quart de poire, en croqua la majeure partie, la mâcha, l'avala, prit le reste. Aux deux repas, les conversations s'éteignirent au fûr et à mesure. Et des regards sidérés se dirigèrent vers deux petits garçons qui mangeaient leurs fruits comme des grands...ils nous firent un petit clin d'oeil et nous "dirent" : "vous voyez, ils vous croient maintenant".

Françoise Coudray

Cet article, rédigé en octobre 1998, était toujours "applicable" aux 18 mois des enfants. La tétée exclusive du matin est restée jusqu'à leurs 21 mois, le câlin matinal, suivi un peu après d'un jus d'orange. Je faisais ma soupe, la congèlais pour dix jours; quant à la purée, que je faisais et congelais pour dix jours aussi, et bien je ne vis plus l'intérêt de la faire, les enfants alors 18 mois, et particulièrement Alexandre, préféraient les égumes entiers dans nos assiettes; une pensée émue au papa qui un soir, dut se passer de ses haricots verts. Allons donc, des enfants qui se jettent sur des haricots verts... et bien si, chez les Coudray, il y a!

 
 
 
 
 
 
     

Copyright 1998-2004-2008-2015 sous dépôt auprès de la SGDL; toutes reproductions, copies et utilisations interdites sans autorisation