| Espace allaitement   | Espace grossesse   | Espace maternage   | Espace professionnels   |
   Espace allaitement > Lait maternel > Dossier Reprendre l'allaitement, Relancer la sécrétion lactée, Induire la lactation, Réinduire la sécrétion lactée
 
 
 * Retour Accueil du site
 


ADJ+
www.allaitement-jumeaux.com
Soutien aux mères
Organisme de formation


Joyeux Noël

L'ADJ+ vous souhaite un Joyeux Noël!

 

 
  Association
    - Adhérer
    - Consultations (visite+tél)
    - Nos représentantes
    - Nos Publications
   

- Bibliothèque (sélection livres)

     
    - Matériel (et produits)
    - Marques négociées pour nos adhérents
marques négociées
   
     
     
  News
    - Infolactée (weblettre)
    - Info-flash (Bronchiolite- Gastro- Chaleur etc)
    - Edito - coups de gueule
     
  Entre nous
    - Consultations
    - VOS Témoignages
    - DEUX listes discussion
    - Petites annonces
    - "Casting"
    - Bons plans allaitement
    - Paroles d'enfants
    - Questionnaire Etudiantes
    - Liens sites internet
    - Amis des bébés
     
  Galerie photo / vidéos
    - Expo le Mur du sein
    - Photos perso
    - Vidéos
     
  Chercher
     
 

Trève de Noël, seules les patientes en cabinet et les adhérentes pourront me joindre sur mon cellulaire du 22/12 au 07/01 2016

 

   

N'oubliez pas, (futures) mamans de jumeaux, de contacter les membres de l'équipe ou nos listes de discussion

N'oubliez pas les rubriques thématiques qui complètent le Guide de l'allaitement, comme les bobos, les baisses de lait etc


   

Spécial mamans de jumeaux:
Nos représentantes au téléphone et notre liste allaitement-jumeaux

Pour les mamans d'un enfant, Notre consultante (visites et téléphone) et la liste allaitement at yahoogroupes vous permet de rencontrer d'autres mères;

 

 

 
 
 

J'ai commencé à donner des biberons puis-je repartir en arrière?

 
Biberons,compléments peuvent être supprimés-Vous pouvez parfaitement repartir en arrière ou commencer de zéro  ...Questions de lait
 

exemples de solution - La relactation - La décision de commencer une mise au sein (adoption, décision soudaine d'allaiter). Le DAL - D'autres aides:- quelques idées vraies/fausses

Certaines mamans choisissent d'introduire un complément, voire un biberon, de lait industriel, pour des raisons personnelles ou par "encouragement" indû du personnel médical, du praticien ou même parce qu'il le fallait "vraiment".

Il n'est pas question ici de juger de la prescription indue ou au contraire, vraiment justifiée, ce n'est pas l'objet de cette page; vous y trouverez des éléments à ce sujet sur le site de toutes façons; (disons quand même que le corps médical a la main lourde sur le sevrage ou complémentation).

Le biberon est introduit, car souvent c'est un biberon qui est utilisé comme dispositif alternatif au sein, alors que le lait devrait être donné à la tasse ou à la pipette ou à la cuillère ou tout autre dispositif, tout sauf avec un biberon; le lait artificiel est introduit, avec les risques de problèmes digestifs corrolaires, et surtout, avec pour conséquence une diminution de la lactation soit réelle (si le complément était inutile), soit accrue (si le complément était utile). Ce qui a pour effet d'augmenter les rations de lait industriel, ce qui diminue la lactation. Ce qui augmente encore les rations de lait industriel, ce qui diminue encore plus la lactation...... ce qui... ce qui.....

Donner des compléments de lait infantile/artificiel/industriel n'a jamais fait jaillir le lait des seins des femmes!!!

Regrets, conseils ou information, la maman se dit: oh si j'avais su, je n'aurais pas donné ces biberons, mais bon, maintenant, c'est trop tard, c'est foutu".

Et bien non!

La sécrétion lactée dépend de la stimulation des seins; remettez vos bébés à téter, supprimez (plus ou moins graduellement) le complément ou le "biberon complet" et VOTRE lait reviendra. Des mamans arrivent à sécréter du lait en partant (ou repartant) de zéro; Des mamans parviennent à induire une sécrétion lactée SANS avoir accouché.... alors si vous n'avez supprimé "que" quelques tétées, vous y arriverez!

 

La première solution consiste à mettre au sein uniquement,

ET supprimer le(s) complément(s) et/ou "biberon(s) complet(s)". Si vos enfants ont faim "avant l'heure habituelle", mettez-les au sein: ils ont faim, il faut les alimenter; ils veulent téter, ils vont stimuler les seins, et relancer la lactation.

La difficulté de cette solution est qu'on angoisse à l'idée "d'affamer" les bébés; il faut beaucoup de soutien et être bien informée. Cette solution est peut-être plus adaptée à un enfant qu'à des jumeaux,quoique.....

Dans mon soutien aux mères, je n'ai jamais manqué de dire aux mamans qui souhaitent relancer leur lactation, de rester en contact, afin de faire un suivi quasiment au jour le jour; déjà j'ai vécu un peu cela, quand même; ensuite, c'est l'expérience et le bon sens qui me font offrir une écoute attentive et une épaule amicale; ce suivi permet également de suivre l'enfant!

L'un des avantages lorsqu'on supprime purement et simplement le lait infantile, c'est que c'est rapide; il nécessite qu'on puisse disposer totalement de son temps, ce n'est pas faisable si jolie-maman squatte à la maison alors que idéalement, on se couche quasi-nue avec l'enfant pour une large proximité;

L'un des soucis lorsqu'on supprime purement et simplement le lait infantile, c'est que dès que l'enfant pleure, on se dit: que forcément c'est à cause de notre lait; sans jouer l'avocat du diable, même si l'enfant a un gaz qui passe mal, s'il pleure, forcément la mère culpabilise;

Ce n'est donc pas la solution que je propose de prime abord;

J'ajouterais même qu'il faut quelqu'un avec soi, qui se chargera des tâches ménagères, et de câliner le bébé qui attend le cas échéant, et qui câlinera et ira balader les bébés pendant que la mère en relactation fera un gros dodo sans bruit, sans être dérangée (décrocher aussi le téléphone). C'est de cela qu'on a besoin, de cela et de la compréhension de cette aide. Et cette aide ne doit pas donner de biberon en douce!

Dans ma relactation de mes jumeaux, j'avais commencé comme cela: me coucher en travers du lit, pour avoir ... 190 cm de large, avec un enfant de chaque côté; dès que l'un pleurait, hop au sein; l'autre pleurait, hop à l'autre sein; et cela commençait à bien marcher, je sentais mes seins à nouveau picoter... dans l'entretemps, mon père rentra de Chine et je ne pouvais décemment pas le recevoir plusieurs jours, torse nue et couchée au lit avec les bébés! comme ma relactation a réussi et précédé quelque deux ans d'allaitement, vous pouvez constater.. qu'il y a d'autres méhodes!

 

La seconde solution,

selon le nombre et la quantité de lait industriel introduit: supprimez par exemple 30 millilitres de chaque "biberon" le premier jour. Si vous "le sentez", vous supprimez le lendemain 30 autres millilitres de chaque biberon (sinon, attendez deux jours); le lendemain, vous supprimez encore 30 millilitres...... jusqu'à avoir supprimé pour chaque tétée, le "biberon complet".

Par exemple pour l'enfant qui recevait des biberons de 120 ml:

  • 1er jour, on propose le sein puis un biberon de 90ml
  • 2e jour, on propose le sein puis un biberon de 60ml
  • 3e jour, on propose le sein puis un biberon de 30ml
  • 4e jour, on a atteint le 100% lait maternel.

On pourrait aussi diminuer de 30 ml un jour sur deux:

  • 1er jour, on propose le sein puis un biberon de 90ml
  • 2e jour idem: 90 ml
  • 3e jour, on propose le sein puis un biberon de 60ml
  • 4e jour idem: 60 ml
  • 5e jour, on propose le sein puis un biberon de 30ml
  • 6e jour idem: 30 ml
  • 7e jour, on a atteint le 100% lait maternel.

On pourrait aussi diminuer de 15 ml chaque jour (base départ 120 ml):

  • 1er jour, on propose le sein puis un biberon de 105ml
  • 2e jour, on propose le sein puis un biberon de 90 ml
  • 3e jour, on propose le sein puis un biberon de 75 ml
  • 4e jour, on propose le sein puis un biberon de 60 ml
  • 5e jour, on propose le sein puis un biberon de 45 ml
  • 6e jour, on propose le sein puis un biberon de 30 ml
  • 7e jour, on propose le sein puis un biberon de 15 ml
  • 8e jour, on a atteint le 100% lait maternel.

Le cas extrême, si je sens la maman peu sûre d'elle même c'est de diminuer chaque jour de 10 millilitres; c'est l'équivalent d'une cuillère à soupe; c'est plus lent, certes, mais comme je dis aux mamans: une cuillère à soupe, votre enfant ne s'en apercevra pas; imaginez vous: vous mangez habituellement 50 cerises; si je vous en sers 48, je mange mon chapeau que vous ne vous en apercevrez pas!

Ces solutions sont bien adaptées quelque soit le nombre d'enfant quon allaite, au sens psychique, et au sens relationnel. La demande se fait plus ou moins en douceur, si on compare -30 à -10, mais toujours en douceur;. toujours modulable aussi!!

 

La solution "-30 ml" est souvent ce que je propose de prime abord; sachant que je propose d'autres solutions plus douces encore, comme décrit plus haut; comme vous pourrez le lire au cours des réponses personnalisés car si ce dossier se veut généraliste, il faut savoir que chaque relactation est personnelle.

 

Je mentionnerais quand même l'importance que peut revêtir une aide, comme décrit dans l'exemple de solution précédent.

Enfin, le soutien du compagnon est primordial.

Voilà, à nouveau au lait maternel...

 

Ma relactation:

Quand j'ai entamé la seconde et dernière étape de ma relactation (reprise de la lactation après arrêt total de mon allaitement), nous avions opté pour:

  • 1er jour, supprimer 30 millilitres un biberon sur 2 (120ml, 90ml, 120ml, 90ml)
  • 3e jour, supprimer 30 millitres un biberon sur 2 (90m, 90ml, 90ml, 90ml)
  • 4e jour, supprimer 30 ml un biberon sur 2 (90ml, 60ml, 90ml, 60ml)
  • 5e jour, supprimer 30 ml un biberon sur 2 (60ml, 60ml, 60ml, 60ml)
  • et ainsi de suite jusqu'à atteindre le 100% lait maternel.

Je n'ai pas la prétention d'assurer que cette méthode est celle que vous devez suivre, mais vous pouvez largement vous en inspirer et voir à adapter à votre cas, selon le nombre de complément(s) ou biberon(s).

Pour moi, le 24 décembre 1997 reste magique: la veille de Noël, leurs 3 mois, et le retour à 200% lolo!

 

La relactation "totale":

Ce qui précède, illustre "relancer la lactation" "relancer la sécrétion lactée";

Je ne peux m'empêcher d'évoquer la relactation, puisque je me suis basée sur ma propre relactation, pour expliquer qu'on pouvait supprimer des biberons de lait infantile et revenir à l'allaitement exclusif au sein;

La relactation, c'est la reprise de l'allaitement maternel qui a été totalement arrêté (pour cas d'extrême fatigue, voire par erreur, par manque d'information, le plus souvent arrêt brutal par le Parlodel ou autre coupe-lait).

Un exemple de circonstance: Dans le cas de la relactation, c'est ce que j'ai décrit plus haut: j'avais sur un "conseil" d'un interne, arrêté l'allaitement maternel pour recevoir un traitement médical. Au bout d'une semaine de galères et mauvais sevrage pour tout le monde, j'ai décidé de reprendre l'allaitement maternel. J'ai noté bien des mamans faisant appel à moi, qui avaient stoppé l'allaitement pour cause de traitement médical; rappelons que bien des médicaments sont compatibles avec l'allaitement!!

D'autres exemples émouvants, sont des mamans qui n'ont pas allaité à la maternité, et qui un mois, deux mois, quatre mois après la naissance de leur enfant, se disaient: pourquoi n'ai-je pas allaité, et si je le faisais!

D'entre toutes les méthodes utilisées, entre autres le DAL (dispositif d'aide à l'allaitement, autrement appelé SNS système de nutrition spécifique), la méthode de supprimer graduellement des quantités de lait industriel a été la plus efficace, puisque rapidement j'ai donné à nouveau le sein à 100%.

 

Relactation-La décision de commencer une mise au sein:

C'est l'établissement de la lactation en dehors du cadre du post-partum, comme par exemple, la mère adoptive qui veut allaiter son bébé; ou donc la maman qui veut, deux mois parès son accouchement, nourrir son enfant au sein;

On sait via des anecdotes dans certains pays,que une grand-mère, ou une tante, peut allaiter le(s) bébé(s) de sa fille, ou de sa soeur, qui vient de décéder; la mère qui découvre soudain l'allaitement et qui a envie de se lancer. Ces femmes ont toutes les chances d'allaiter, certaines allaiteront à 100% leur enfant adoptif, de façon simple, ou avec un DAL.

De même la maman qui choisit tardivement l'allaitemnt, peut retrouver une sécrétion lactée à 100% ou quasiment parfois;

Une mise au sein fréquente, et dès que le lait commence à apparaître, une diminution graduelle de la quantité de lait industriel sont préconisés. Il faut cependant rester réaliste dans ses objectifs.


Il y a d'autres aides que celles mentionnées, pour supprimer biberons, compléments, entamer une relactation ou entamer une lactation sans "accoucher". Si toutes ne figurent pas ici, consultez le dossier Questions de lait, ou contactez-moi.

 

Le DAL (dispositif d'aide à l'allaitement)

Je l'ai testé / employé pour ma relactation; c'est super! Il s'agit d'un "biberon" souple, que la mère porte autour du cou. De ce biberon, partent deux petits tuyaux, que l'on fixe avec de l'adhésif au bord de l'aréole de chaque sein.
On met Bébé au sein, (et un bébé à la fois seulement); il prend en bouche le mamelon ET le tuyau. Il tète et donc reçoit de lait du "biberon", et stimule le sein, qui commencera à sécréter du lait. Quand le sien commence à être bien stimulé, diminuer les quantités de lait du "biberon".

le dal idéal pour la relactation

Le Plus du DAL: le sein est stimulé, puisqu'il est tété. Et c'est le seul moyen de faire "partir" ou "repartir" les seins. Le DAL est le seul dispositif à proposer cette stimulation. en fait, le DAL est quand même REVOLUTIONNAIRE!! Conçu pour nourrir facielement et au sein, à un sein préalablement vidé, des enfants nés prématurément, l'enfant prend le sein et le tuyau sans effort, vise le sein comme nutritionnel... c'est génial et parfaitement adapté à la relactation: pour la relactation, le récipient peut contenir du lait maternel ou du lait infantile, l'enfant acquière la notion sein = lait grâce au petit tuyau; car aux débuts de la relactation, le sein est vide; et pour concilier un enfant face à un sein vide, et lui dire: si tu tètes il y aura du lait, on est heureux de pouvoir s'appuyer sur le DAL....

 

Le Moins du DAL: mes enfants avaient compris, chacun de leur côté, qu'en lâchant le sein mais en gardant le tuyau en bouche, ils recevaient quand même du lait. On sait que le lait maternel rend plus intelligent, à ce stade ils avaient reçu un mois de lait maternel, et montraient déjà qu'ils savaient réfléchir et choisir;

Le Moins du DAL: la mise en place du dispositif n'est pas des plus faciles.

J'ai fini par délaisser le DAL, et j'ai repris le principe du biberon dont je diminuais les quantités. Mais le DAL stimule les seins, a stimulé mes seins; cela a agit!!! car l'enfant prend le lait au sein, même via le tuyau l'information importante sein = nutrition est acquise; et au départ, au moins, c'est l'idéal.

Que vous adhériez à l'association ou non, le DAL peut être acheté

 

Le principe du DAL, c'est aussi, plus simplement, un cathéter dont on fixe une extrêmité au bout du sein, et l'autre à une seringue (emplie de lait). On presse doucement le piston pour faire couler le lait goutte à goutte.

 

Pourquoi un enfant à la fois?

C'est de la mécanique des fluides pure: un liquide ne s'écoule que grâce au poids de l'air sur sa surface. Le lait ne s'écoule d'un tuyau que si l'autre tuyau est à l'air libre. La pression (le poids) de l'air sur la surface du tuyau libre entraîne l'écoulement du lait par l'autre tuyau.

 

D'autres aides:

  • le soutien, c'est essentiel, du compagnon. D'une amie si possible, qu'elle vous rende visite, qu'elle vous soulage dans diverses tâches....un membre d'association pour l'allaitement maternel...
  • homéopathie (attention aux dilutions; par exemple le Ricinus, selon sa dilution, va aider la lactation, ou bien couper le lait! et ce n'est pas vraiment le but)
  • acupuncture
  • tisanes galactogènes ou granules galactogènes, dont le Galactogyl. A base de cumin, de fenouil, ces produits donnent du goût à votre lait et vont inciter Bébé à stimuler la lactation.
  • gelules de fenugrec
  • bière (sans alcool)
  • tire-lait (à pile et secteur), si possible peu bruyant. Si vous le prenez en location, n'hésitez pas à le rendre s'il ne vous convient pas, il en existe diverses marques à la location. Enfin, de nombreux fabriquants vendent en pharmacie, ou en magasin de puériculture.
  • un enfant aîné, qui peut participer en tétant avec toute sa vigueur, et qui stimulera efficacement les seins.
  • le compagnon peut lui même téter les seins, il y a des témoignages de papas qui ont relancé la lactation de leur compagne après une séparation mère/enfant par exemple. c'est vrai que c'est choquant de prime abord, de dire que le papa peut téter les seins de la maman; mais cela a été fait, cela est fait parfois... il faut le mentionner, à chaque couple de choisir; il y a plusieurs solutions possibles!!

 

Quelques idées vraies/fausses

  • "Mettez votre bébé au sein, et vous aurez du lait".

De mon avis de quelqu'un qui a quand même vécu une relactation, je peux vous dire que c'est vrai, mais aussi que c'est faux: Mes enfants ont passé des heures au sein, ils tétaient, mais le lait ne venait pas. Parce que si mes enfants tétaient, ils ne stimulaient pas le sein dans le but d'avoir du lait. Ils tétaient pour le plaisir, sachant qu'ils auraient du lait soit au DAL, soit au biberon. C'est vrai qu'ils étaient intelligents; mais tous les enfants sont pareils..... s'ils savent qu'ils vont recevoir un complément ou un biberon/dal, ils vont au sein pour le plaisir, le relationnel, l'assouvissement de leur succion: mais ils ne stimulent pas, ils ne commandent pas la sécrétion lactée;

  • Le sein ne fabrique pas tout le repas d'un seul coup!! Autre point essentiel, qui m'a beaucoup retardée, entre autres lorsque je prenais un peu de temps pour tirer mon lait au tire-lait (afin de stimuler les seins): une fois le sein vidé, j'imaginais qu'il n'y avait plus rien. Je manquais de l'information essentielle dont vous, maintenant, disposez, et qui vous aidera:

    bébé vide le sein; puis il tète mais à vide et pendant ce temps, il passe commande au sein de ce qu'il veut pour le prochain flux; un flux de lait gonfle (plus ou moins fortement) la poitrine, bébé boit et vide le sein; puis il tète mais à vide, et pendant ce temps, il passe commande ... pour le prochain flux.

    Comme j'ai beaucoup vécu avec ma montre juste après la réussite de ma relactation, j'ai donc finalement compris que mes bébés, qui avaient faim, vidaient le sein, tétaient à vide pendant dix minutes, laps de temps au bout duquel mon sein se remplissait à nouveau; le sein était vidé, puis tétée à vide, et dix minutes plus tard, un nouveau flux apparaissait. Il fallait parfois un dernier flux pour apaiser la faim de chaque bébé.

    mon erreur venait du fait que avant d'arrêter temporairement l'allaitement, un sein suffisait à apaiser la faim d'un bébé, chaque sein était vidé d'une traite et avait suffit pour les câler chacun jusqu'à la tétée suivante; Donc dans mon esprit, que le sein se remplisse au fûr et à mesure entre deux tétées, ou qu'il subisse une montée de lait avant la tétée, pour moi le sein se remplissait un bon coup. Or c'est faux, archi-faux, le sein fabrique des flux de lait au cours de la tétée, pour peu qu'il soit stimulé bien sûr;

Ne croyez pas que je sois seule à commettre cette erreur; j'ai récemment eu l'occasion d'aider une maman (dont j'espère qu'elle vivra la même réussite que moi) et elle pensait la même chose que moi.

  • "Laissez votre montre au vestiaire"

C'est impossible. "On" est axé sur la montre. "On" est axé sur les quantités. Et on y reste au moins tant que l'on est pas à 50% de l'objectif. Jamais je ne pourrais jeter la pierre à la maman qui regarde sa montre, j'ai vécu moi-même pareil événement!

  • "Sortez, recevez"

C'est difficile. On ne veut pas s'exposer aux réflexions du type "ben on te l'avait dit que t'aurais pas assez de lait et que relacter c'est pas possible", "et bien arrête, prends du guiguilait, regarde le fils de la voisine, ça lui réussit, le guiguilait".

Surtout si on n'est pas comprise. Reste une amie, confidente, dont on sait qu'elle sera une aide précieuse, pourquoi pas celle qui viendra nous tenir compagnie, et surtout, qui nous débarrassera une heure ou deux des bébés, le temps pour nous de dormir dans le calme absolu.

  • La fatigue

On est fatiguée, parce qu'on est jeune mère. On est fatiguée parce qu'on a des jumeaux. On est fatiguée parce qu'on est un peu (ou plus) perdue dans la relactation. Et bien on a le droit d'être fatiguée, et si votre entourage trouve anormal que vous ne puissiez gérer votre intérieur et vos enfants, ne vous laissez pas faire (ou laissez dire, si vous le préférez). Ces réflexions émanent souvent de personnes qui n'ont pas élevé d'enfant depuis très longtemps, qui ne se rappellent plus trop leurs propres nuits blanches. Elles oublient peut-être que leur maman était là pour donner un coup de balai, pour certaines....

Contactez-moi, le cas échéant!

La relactation partielle ou totale nécessite des conseils techniques et un soutien moral (association, amie...); relancer un peu sa sécrétion lactée est facile en supprimant les compléments et rien d'autres; plus il faut relancer la sécrétion lactée et plus il est préférable d'avoir lu les différents cas réels que je vous propose en ligne (imaginez que les cas en ligne ne représent même pas 10% des cas réels auxquels j'ai répondu, que cela vous encourage sur la voie); la relactation totale est parfaitement possible mais il faut un soutien moral fort en plus des programmes techniques, et là oui je parle de programme.

 
 

Edition mise à jour: 01.02.2005

 
 
 
     

Copyright 1998-2004-2008-2015 sous dépôt auprès de la SGDL; toutes reproductions, copies et utilisations interdites sans autorisation