Espace allaitement > Lait maternel > ai-je assez de lait? > réveils nocturnes

Un bébé de 4 mois 1/2 qui dormait la nuit depuis 1 mois 1/2  8 heures d'affilée, se réveille affamé depuis 3 jours, toutes les deux heures 30 environ. Poussée de croissance ou signe qu'il est prêt à commencer les solides?

Je crois peu aux réveils nocturnes dûs à la faim;

Même en pleine poussée de croissance, l'enfant alors tète plus longtemps, plus vigoureusement, ou demande plus souvent en journée, mais se met rarement à se réveiller en pleine nuit, "comme ça", soudainement. Et quand bien même votre enfant serait réveillé PAR UNE pleine poussée de croissance, le sein va s'adapter, très vite, il suffit que l'enfant demande plus à la glande mammaire pour être servi. Encouragez-le dans cette voie, lors de la dernière tétée avant sa "nuit", dites-lui de bien téter, pour bien grandir, bien se former....

Ce réveil nocturne soudain de votre bébé n'est en tous cas pas un signe comme quoi il est prêt pour les solides.

Bébé a quatre mois et demi, et c'est encore trop tôt pour diversifier. Je vous rappelle que l'introduction des solides ne devrait se faire qu'aux six mois de l'enfant, et pas avant, que votre lait maternel peut parfaitement le nourrir sans rien d'autre jusque là, et que vous pouvez même continuer trois autres mois encore sans diversification, sans pour autant entraîner de carence. Le lait maternel s'adapte aux besoins de l'enfant, tout au long de son état de bébé, puis de bambin.
Le choix du moment de la diversification, entre ces 6 et 9 mois, n'appartient qu'à la maman, et aussi à la réaction de l'enfant, son intérêt ou son désintérêt de ce que vous lui proposerez.
 
Je ne crois pas tellement à la faim, et je voudrais également préciser la chose suivante: l'envie de téter n'est pas synonyme de faim. Car la tétée, c'est du lait, c'est aussi de l'amour, un relationnel, un câlin, une façon d'assouvir son besoin de succion, son besoin d'être rassuré, sa peur, son angoisse, sa douleur-un bobo-bobo ventre par exemple.
 
Toujours concernant les réveils nocturnes soudains, il faut savoir que:

Les enfants se mettent à pleurer car ils découvrent de nouvelles choses, il y a des étapes "stressantes" pour des petits bouts;
 
Un bébé peut réagir au temps; j'ignore où vous vivez, dans quelle région, mais je peux vous dire que Maximilien et Alexandre sont horribles en ce moment, et moi aussi; nous avons été confinés dans la maison à cause de violentes averses, gros vent... en plus, demain c'est leur baptême, 70 personnes qui viennent, buffet froid dans le jardin..... les enfants sont "affreux" mais réagissent à mon stress des préparatifs, à mon stress vis à vis du temps de demain, à mon stress car même si nous sommes sortis dans la semaine, cela ne valait pas les après-midi passés dehors quelques jours plus tôt.
 
Les enfants réagissent également parfois à l'atmosphère parentale, l'atmosphère de la maison; peut-être êtes-vous fatiguée, cela s'en ressent peut-être sur votre comportement, et votre bébé réagit à son tour; ou dans le relationnel familial. Il en faut peu pour entraîner une réaction d'un enfant.
 
Avez-vous récemment bougé, déménagé? d'une maison à une autre, d'une pièce à une autre! faites-vous garder votre enfant? il suffit de peu pour entraîner un réveil nocturne.
Je vais me permettre une anecdote bien familiale: j'ai connu une période difficile de réveils nocturnes d'Alexandre: pendant environ 9 mois, j'avais allaité mes enfants séparément; puis un jour Maximilien fit la demande de téter en même temps que son frère; Alexandre accepta; mais au bout d'un mois... Alexandre se mit à se réveiller la nuit; ce petit bout d'amour vivait mal la tétée simultanée et avait compris que la nuit, il avait maman pour lui tout seul.
 
Enfin, il faut relativiser: cela dure depuis trois jours. Avant de paniquer sur la quantité de votre lait, car c'est un peu ce dont vous avez peur, en me demandant si votre enfant ne serait pas prêt à passer aux solides, je voudrais d'ailleurs vous rassurer sur l'aspect quantitatif de votre sécrétion lactée, avant de paniquer, je vous conseillerais: d'attendre et de voir si la situation continue, si ces réveils nocturnes deviennent habitudes... ET d'essayer de chercher ce qui, dans les dernières semaines, a pu entraîner une réaction de Bébé.

 

Et si vous avez des doutes sur la quantité de lait,

je sens un léger doute en vous: je voudrais vous encourager à continuer de donner uniquement le sein, et pas de lait industriel, ni de solides; prenez un peu de repos; donnez le sein à la demande pendant quelques temps; faites éventuellement appel à des gélules de fenouil, ou de FENUGREC qui augmenteront votre sécrétion lactée (sous forme de gélules, en pharmacie). Faites attention à votre alimentation, buvez bien. Vous déborderez rapidement de lait, et cela vous ôtera vos doutes de votre esprit. Faites vous confiance, faites confiance à votre bébé aussi, cela est important, n'oubliez pas que c'est lui qui passe les commandes à la glande mammaire...

Et je vous souhaite de continuer, autant que vous le souhaiterez, c'est merveilleux d'allaiter un bébé, puis un bambin. Il y a un relationnel inimitable qui s'installe, il est vrai qu'on se sent donnant du lait, de l'amour, et quelque chose d'autre: ce quelque chose qui fait que c'est nous qui fabriquons ce lait, c'est une réalisation très féminine, très maternelle.

 

Françoise Coudray

A noter qu'il existe d'autres moyens que le poids ou le réveil nocturne soudain pour déterminer s'il y a réellement baisse de lait;

[ Retour page précédente]