| Espace allaitement   | Espace grossesse   | Espace maternage   | Espace professionnels   |
   Espace allaitement > Seins > Bobos au sein > donner le sein douloureux
 
 
 * Retour Accueil du site
 


ADJ+
www.allaitement-jumeaux.com
Soutien aux mères
Organisme de formation


Joyeux Noël

L'ADJ+ vous souhaite un Joyeux Noël!

 

 
  Association
    - Adhérer
    - Consultations (visite+tél)
    - Nos représentantes
    - Nos Publications
   

- Bibliothèque (sélection livres)

     
    - Matériel (et produits)
    - Marques négociées pour nos adhérents
marques négociées
   
     
     
  News
    - Infolactée (weblettre)
    - Info-flash (Bronchiolite- Gastro- Chaleur etc)
    - Edito - coups de gueule
     
  Entre nous
    - Consultations
    - VOS Témoignages
    - DEUX listes discussion
    - Petites annonces
    - "Casting"
    - Bons plans allaitement
    - Paroles d'enfants
    - Questionnaire Etudiantes
    - Liens sites internet
    - Amis des bébés
     
  Galerie photo / vidéos
    - Expo le Mur du sein
    - Photos perso
    - Vidéos
     
  Chercher
     
 

Trève de Noël, seules les patientes en cabinet et les adhérentes pourront me joindre sur mon cellulaire du 22/12 au 07/01 2016

 

   

N'oubliez pas, (futures) mamans de jumeaux, de contacter les membres de l'équipe ou nos listes de discussion

N'oubliez pas les rubriques thématiques qui complètent le Guide de l'allaitement, comme les bobos, les baisses de lait etc


   

Spécial mamans de jumeaux:
Nos représentantes au téléphone et notre liste allaitement-jumeaux

Pour les mamans d'un enfant, Notre consultante (visites et téléphone) et la liste allaitement at yahoogroupes vous permet de rencontrer d'autres mères;

 

 

 
 
 

Doit-on donner le sein qui fait mal à téter? Comment donner le sein qui fait mal à téter?

 
Tout d'abord, on n'a pas plus de bobos en allaitant des jumeaux qu'en allaitant un enfant!

La première question pourrait être : peut-on, doit-on donner le sein abîmé?

Avant de répondre, je vais donner un élément de conséquence:

Le premier effet d'un sein qui n'est pas vidé est l'engorgement.

Le sein est gorgé d'eau qui s'est infiltrée dans les tissus, et de lait puisque ce dernier ne parvient plus à couler, le mamelon subit des lésions vite douloureuses; sans compter la peau hypertendue.

Sans compter qu'un sein qui reste plein de lait, est un sein qui va recevoir l'information de fabriquer moins de lait (le cerveau "mesure" le taux de prolactine contenu dans le lait; si le sein n'a pas été vidangé, il y reste du lait, le taux de prolactine est alors élevé, le cerveau considère que le sein a fabriqué trop de lait et qu'il faudra la prochaine fois, en fabriquer moins; risque REVERSIBLE d'entrer en mode tarissement).

Vite, il va falloir prendre un bain, s'y détendre, et procéder à un massage aréolaire!

Cet engorgement se produit également dès lors que vous "sautez" une tétée. J'en parle en connaissance de cause : il s'agissait des premiers temps, j'allaitais encore assise la nuit, et une fois j'étais tellement fatiguée que j'ai instamment prié Nicolas de donner le lait au biberon. Il m'a mise en garde, et par ignorance, plutôt que prendre Maximilien au sein allongée, où j'aurais pu me rendormir, j'ai renoncé. A mon réveil suivant, mon sein était gorgé au point que c'était insoutenable. J'en ai fait un peu téter Alexandre, car je savais que Maximilien n'aurait pas la force de téter les premières minutes d'un sein en engorgement.

La tétée guérit les seins abîmés, cas de la lymphangite :

Une future maman de jumeaux m'a appelée dans le cadre d'un soutien local; elle a allaité son premier enfant et a fait un jour une lymphangite. Elle m'a fait part de son expérience en matière de méconnaissance médicale, car les médecins consultés (1) ont pensé à tort à un abcès, et de toutes façons, ont prescrit un arrêt total de l'allaitement. Cette jeune femme a refusé, et a eu bien raison. Elle a contacté des personnes plus compétentes en matière d'allaitement, qui lui ont confirmé qu'elle devait faire téter son enfant au sein abimé, que cela guérirait le sein. C'est ce qui s'est produit.

Donc le sein doit être vidé à chaque tétée.

Sinon, c'est d'abord l'engorgement et donc la porte ouverte à d'autres bobos ; l'hypogalactie ensuite s'il n'y a pas stimulation.


Pour donner à téter, un sein abîmé, la plus grande recommandation serait :

Si vous avez un bébé (et non des jumeaux:):

donner les deux seins à chaque tétée, en commençant la tétée au sein non douloureux; puis de donner le sein douloureux; en effet, l'enfant avec toute sa faim et sa vigueur, va assouvir ses besoins de nutrition et succion sur le sein qui va bien, et va ensuite téter bien plus tranquillement sur le sein douloureux;
si en plus, vous donnez des tétées très fréquentes, et bien promis, votre enfant "tirera" moins fort à chaque fois.

Si vous avez des jumeaux,

voici un exemple, je me base sur l'ampoule faite au sein droit par Maximilien par manque de maturité de succion (premiers temps):

Allaiter le "premier" au sein gauche, le sein sain; à ce moment-là, par réflexe d'éjection, le sein droit (abimé) se vide un peu.

Puis allaiter le "second" à chaque sein une dizaine/quinzaine de minutes.

Ainsi, le sein douloureux est tété mais moins sollicité.

Comme la tétée du sein abimé était douloureuse, bien que le mamelon soit désengorgé de lait par réflexe d'éjection, j'avais peur que mes dents serrées n'entraînent un mauvais ressenti chez mes enfants; alors j'essayais d'alterner une tétée Alexandre, une tétée Maximilien, pour qu'aucun d'eux n'ait l'impression que la tétée m'était désagréable et douloureuse AVEC LUI. Mais offrir, une tétée sur deux, une tétée bonheur, une tétée plaisir détente.

Juste avant la tétée,

si cela ne vous pose pas de soucis, sur le plan culturel, vous pouvez piler de la glace, la mettre dans un linge propre un peu humide (mouchoir en tissu par exemple), et l'appliquer sur le sein douloureux (la glace anesthésiera un peu le mamelon).

Des tétées fréquentes

Enfin, comme évoqué plus haut, contrairement à ce qu'on pourrait croire, il faudrait donner les seins à téter + fréquemment; oui! si votre enfant tète toutes les 3-4 heures, il a faim, il tète vigoureusement; mais si votre enfant tète toutes les 2 heures (temporairement), il a moins faim à chaque fois, donc il tète moins vigoureusement et sollicite moins;
Avec des tétées fréquentes, non seulement vous souffrirez moins, mais vous allez améliorer votre lactation!

 

Quand la tétée est trop douloureuse, intenable:

L'emploi de médium lors de la lésion d'un sein est fortement dénigré par certains groupes pro-allaitement.

A l'instar de mon ancien généraliste, qui a pour philosophie que, en médecine, on prend parfois la moins mauvaise des solutions, (et non pas toujours la meilleure des solutions) ; de surcroît, je suis d'avis que quand un moyen permet d'améliorer la situation, pourquoi ne pas l'employer, dès lors qu'il n'y a pas abus et que ce moyen est adapté:

  • Parmi les moins mauvaises des "moins mauvaises solutions" (puisque je vais en évoquer deux), je vais mentionner l'emploi du tire-lait au sein abimé.

Toujours dans ce premier mois : j'ai eu à un moment très mal lors des tétées du sein droit et ce n'était pas tant la douleur que l'aspect moral à l'idée de donner ce sein; une copine m'a parlé du tire-lait, car je refusais l'emploi du "bout de sein" (que je vais évoquer plus loin) ;

J'allaitais le "premier" au sein gauche ; une dizaine de minutes après cette tétée, mon sein gauche se re-remplissait et je pouvais allaiter le "second" d'un trait, au même sein; oui, des jumeaux sur un seul sein, ça marche!!!. Quand je vous "dis" qu'on peut allaiter des triplés....

tire-lait mini electric de Medela

Puis je tirais mon lait au sein droit, et le réfrigérais. Cela me permettait d'avoir des tétées détentes avec tout mon petit monde, mes deux enfants au sein sain. Puis j'ai repris les tétées aux deux seins. Je n'ai pas eu de problèmes de réadaptation en matière de quantités de lait au sein abîmé, il faut le dire : car le sein droit restait sollicité à chaque "repas". A noter cependant que mon sein gauche est resté plus gonflé pendant quelques temps.

Attention : prenez un tire-lait doux, pas une "trayeuse" (cette épithète n'a rien à voir avec la taille de l'engin, mais avec son concept); si vous avez mal même avec le plus faible rythme, cessez, vous risquez d'abîmer plus votre peau, cette solution ne vous va pas. procédez comme décrit plus haut.

  • Autre solution à mentionner: le bout de sein. terme inexact, le seul bout de sein est ... le bout de votre sein; on l'appellera plutôt téterelle en silicone le plus souvent;

C'est une sorte de capuchon, avec une collerette, qu'on appose au bout du sein abîmé. Il en existe différents modèles, dont un qui a une collerette hémisphérique. Son plus est que le nez du bébé n'est pas sur la collerette, mais sur la peau de sa mère. Dont il reconnait l'odeur.

bout de sein modèle hémisphérique Medela

L'aspect négatif du "bout de sein" quelqu'en soit le modèle, est que la stimulation est moindre, que le goût du matériau n'est pas toujours apprécié de Bébé, que le matériau n'a pas le goût du sein, ni son odeur, et qu'à cause de la collerette, si elle est sphérique, Bébé ne sent pas l'odeur de la peau de sa maman.

Autre point négatif, il faut savoir que la stimulation avec ce capuchon, est moindre, et que le temps de tétée sera rallongé certainement, ou, si vous conservez le même temps de tétée, le bébé qui aura tété avec ce capuchon aura peut-être faim plus tôt.

(Un autre emploi est donné aux "bouts de sein", à tort, c'est lorsque les tétons semblent peu formés, ou que Bébé manque de maturité de succion. Voyez le dossier consacré à la préparation des seins pour le premier cas; videz un peu votre sein (manuellement ou avec un tire-lait), donnez éventuellement ces quelques millilitres de lait recueilli à Bébé pour qu'il prenne des forces, puis mettez-le au sein).


Je vous laisse juge de l'emploi de ce "matériel", on est pour ou contre ou très réservé, mais on ne doit pas être juge. J'ajouterai qu'il est important quand le sein commence à aller mieux, de découper un peu du bout du capuchon, à chaque tétée, jusqu'à ne plus l'employer. Evidemment, c'est destructif...

Personnellement,j'ai essayé d'employer le bout de sein comme moyen de débuter la tétée avec Maximilien. Il manquait de force pour téter le mamelon gorgé de lait, quand il n'avait que quelques jours; une nounou m'a fait essayer le "bout de sein", pour que Maximilien amorce la tétée depuis l'extrémité du capuchon, et non directement à mon sein. J'ai trouvé ce capuchon énorme, comme "un chapeau de sorcière", mon mari a couru plusieurs pharmacies pour en trouver de plus petits, c'était l'horreur sur le plan psychique, et peu satisfaisant pour le cas qui m'intéressait. (Nous avons résolu le problème d'amorce de la tétée en vidant un peu le sein au tire-lait, en en donnant quelques gouttes à Maximilien qui avait dès lors assez de forces pour prendre le sein. Il s'est vite rattrapé depuis....)


(1) Il faut savoir que les généralistes, les pédiatres, ne suivent pas de formation en allaitement pendant leurs études. L'allaitement est une formation supplémentaire et facultative et purement démarche personnelle.

Il y a, à ma connaissance, au moins une association créée par des médecins, qui a pour but de promouvoir l'allaitement ET DE FORMER du personnel : médecins, mais aussi sage-femmes, puéricultrices.....

Il y a aussi Co-naître, Envol, la Leche League, la Sesam, qui forment des médecins à l'allaitement, d'autres associations également.

Donc parlez de votre (futur) allaitement avec votre généraliste, le pédiatre de vos enfants, veillez à ce que ce médecin ait une formation en allaitement ou au moins, soit prêt à vous soutenir; ou si le "courant ne passe pas", parlez-lui en et voyez à consulter un confrère plus apte en la matière.

Commandement :

De toutes façons, ton sein videras, par la succion de tes bébés ou matériel adéquat.

Les raisons de ton bobo analyseras

 
 
 
 
 
Edition mise à jour: 01.01.2005
 
 
     

Copyright 1998-2004-2008-2015 sous dépôt auprès de la SGDL; toutes reproductions, copies et utilisations interdites sans autorisation