| Espace allaitement   | Espace grossesse   | Espace maternage   | Espace professionnels   |
   Espace allaitement > Santé et allaitement > Supplémentation Vitamines, fer..
 
 
 * Retour Accueil du site
 


ADJ+
www.allaitement-jumeaux.com
Soutien aux mères
Organisme de formation


Joyeux Noël

L'ADJ+ vous souhaite un Joyeux Noël!

 

 
  Association
    - Adhérer
    - Consultations (visite+tél)
    - Nos représentantes
    - Nos Publications
   

- Bibliothèque (sélection livres)

     
    - Matériel (et produits)
    - Marques négociées pour nos adhérents
marques négociées
   
     
     
  News
    - Infolactée (weblettre)
    - Info-flash (Bronchiolite- Gastro- Chaleur etc)
    - Edito - coups de gueule
     
  Entre nous
    - Consultations
    - VOS Témoignages
    - DEUX listes discussion
    - Petites annonces
    - "Casting"
    - Bons plans allaitement
    - Paroles d'enfants
    - Questionnaire Etudiantes
    - Liens sites internet
    - Amis des bébés
     
  Galerie photo / vidéos
    - Expo le Mur du sein
    - Photos perso
    - Vidéos
     
  Chercher
     
 

Trève de Noël, seules les patientes en cabinet et les adhérentes pourront me joindre sur mon cellulaire du 22/12 au 07/01 2016

 

   

N'oubliez pas, (futures) mamans de jumeaux, de contacter les membres de l'équipe ou nos listes de discussion

N'oubliez pas les rubriques thématiques qui complètent le Guide de l'allaitement, comme les bobos, les baisses de lait etc


   

Spécial mamans de jumeaux:
Nos représentantes au téléphone et notre liste allaitement-jumeaux

Pour les mamans d'un enfant, Notre consultante (visites et téléphone) et la liste allaitement at yahoogroupes vous permet de rencontrer d'autres mères;

 

 

 
 
 

Supplémenter le bébé ou pas? vitamine D, vitamine K, le fer, le naturel contre le raffiné, les enrichis, les lights, donner le médicament

 
 
  • Supplémenter le bébé (vitamines D K ...): à voir ou revoir; penser à la prise par la mère (ces vitamines passent dans le lait)
  • le FER, drame de la société actuelle; ne pas confondre fer naturellement contenu dans le lait de maman, et les éléments ajoutés aux aliments industriels (moins assimilables)
  • Donner un médicament, comment procéder?
 

Supplémenter le bébé allaité ou pas?

Faut-il supplémenter le bébé allaité au sein ou non? ce thème en gêne plus d'un; et en gêne aussi plus d'une car: qui se retrouve avec son flacon de vitamines devant un braillard? (c'est la maman) ; le pire c'est le médicament à administrer, on verra comment...

La vitamine D et le bébé allaité

entre sa prescription systématique et le degré d'ensoleillement qui pourrait ne pas la rendre nécessaire, les gouttes qui ne tombent pas ou la pipette refusée...

si on regarde certains enfants qu'on ne sort pas suffisamment régulièrement (et qui donc ne peuvent fabriquer de vitamine D)...

... pourquoi ne pas prescrire la "vitamine D" à la mère puisque sa molécule passe dans le sang et le lait maternel, la mère et l'enfant en bénéficient, et sans souci de faire avaler le produit à l'enfant;

Proposez cela à votre praticien, il verra à ajuster la dose quotidienne ou trimestrielle; quant  moi c'était la même posologie que celle qu'aurait prise Florian (un enfant, mon 3e) avec l'ensoleillement.. des yvelines.

Et pourquoi des guillemets à "vitamine D"? parce qu'en fait, on n'avale pas de la vitamine D mais de l'ergocalciférol, qui est un précurseur de la vitamine D ( l'ergocalciférol nous permet de fabriquer de la vitamine D).

La Vitamine K

Elle est très controversée; beaucoup la préconisent, de façon protocolaire, mais inutilement apparemment; sujet délicat, voici une lecture médicale (source dossiers de l'allaitement Leche League) (voir)

Le fer et le bébé allaité

Certaines études montreraient (mais était-ce de l'allaitement exclusif??? dans de bonnes conditions d'allaitement naturel), que le lait maternel serait pauvre en fer; oui mais.... ce qu'on ne dit pas, c'est que ce fer du lait maternel, qui est naturel, est parfaitement métabolisé, parfaitement assimilé, par l'enfant, bien mieux que ne le serait une pilule, une gélule ou une dose ajoutée etc.... on ne dit pas que la diversification peut entraîner des troubles dans le statut en fer; on ne dit pas que nos normes et bases sont faites sur des enfants nourris industriellement. (et pour le clin d'oeil si un jour vous sevrez votre enfant, sachez le fer raffiné qu'on ajoute dans les laits infantiles est mal métabolisé d'une part car il est raffiné,et non pas naturel, mais qu'il est en présence... de lait! un marché qui rapporte de l'argent mais pas tant de fer que cela)

tant qu'une mère n'est pas carencée, l'enfant n'a pas raison de l'être, normalement; si la mère est carencée, il est juste qu'elle soit supplémentée (et qu'elle suive une "diète" alimentaire rigoureuse pour absorber les minéraux, les sels et autres nutriments présents naturellement dans les aliments). On a pu se rendre compte néanmoins que

Le lait maternel est un produit de très haute précision; réglée sur le pas de l'homme; on peut donc mal imaginer que nous soyons encore vivants après 3 millions d'années au lait maternel;

On veut absolument être sûr que les enfants ne seront pas en sous-quelque chose; et il a été reconnu que toutes les quantités journalières ont été revues à la hausse pour ne pas risquer de manque; attention quand même: avoir trop de.... est aussi dangereux que ne pas avoir assez de...

On a noté que même chez des mères lactantes carrencées, le taux de fer dans le lait maternel était quand même régulé pour apporter tout le fer qu'il faut à l'enfant nourri au sein;

 

Si l'enfant manque de fer, il faut déjà avoir vérifié, contrôlé par une prise de sang (numération des globules rouges, l'hématocrite...)

et à ce moment-là il sera inutile pour la mère de se gaver de fer (sauf si elle même en manque), car la pompe à lait est programmée pour le bon taux du bébé;

Et il sera inutile de mettre le lait maternel au rencart, ce sera plutôt la réserve de fer que l'enfant a faite durant sa gestation, qu'il faudra remettre en cause (mère carencée durant sa grossesse) ou enfant né prématurément;

Il sera mieux de continuer l'allaitement, donner des solides (si diversifiés) riches naturellement en fer, et pourquoi pas du fer en oligo-éléments, mieux tolérés que les comprimés "médicamenteux";

Regardons l'enfant, s'il se porte comme un charme, plein d'énergie, bon développement neuro-moteur, un enfant qui va bien dans sa globalité, il n'est semble-t-il pas carencé; si l'enfant ne va pas bien, il vaut mieux contrôler par une prise de sang.

Quelques études (voir)

Les vitamines du premier mois et le bébé allaité

Elles ne seraient pas nécessaires; certains enfants ont des réactions sous forme de coliques avec ces vitamines; sont-elles nécessaires, ce n'est pas à moi d'en juger, elles entrent dans le programme d'une supplémentation systématique, à croire que nos ancêtres (non supplémentés) étaient tous des débiles profonds physiquement.

A voir avec le genre de vie menée par la famille entière;

 

Naturel vs ajouté

Je voudrais juste faire cet aparté: tout nutriment naturellement présent dans un aliment (dont le lait maternel) est parfaitement assimilé. Le sucre contenu dans les fruits est bon pour la santé, et il est d'ailleurs suffisant pour l'organisme humain.

Le sucre contenu dans les gâteaux n'est pas bien métabolisé, du moins on va surtout le retrouver sous forme de cellules graisseuses chez le bébé/bambin, mais aussi plus tard, chez l'enfant devenu adulte. J'ai étonné la maîtresse de Florian en lui disant que je ne voulais pas qu'on mette du sucre dans ses yaourts et fromage blanc; si j'accorde à mes enfants quelques "sucreries" (gâteau bonbon) de temps à autres pour le plaisir de faire un gâteau ensemble, il faut bien être conscient que le corps humain n'a pas besoin de sucre raffiné pour vivre (le sucre naturel des légumes et fruits suffit au corps humain) et que tout apport de sucre en poudre/morceau, va se "transformer" en cellule graisseuse; après, chacun sa galère selon métabolisme;

(le nutriment sous forme naturelle peut être assimilable d'autant plus qu'il est mangé en présence de certains aliments, d'autant moins qu'il est mangé en présence d'autres aliments); un nutriment ajouté donc artificiel est mal assimilé. On l'a vu avec le fer.

 

Ce qui suit est valable pour la mère mais aussi pour les enfants - allégé ou "light":

évitez les produits allégés en "quelque chose" car pour supprimer le "quelque chose" on a raffiné le produit; l'absence du "quelque chose" dans le corps entraîne une réaction de manque, de besoin de ce "quelque chose". Supprimer un type de nutriment de son alimentation peut aussi, à la fin, entraîner une carence en ce "quelque chose". Sans compter les effets rebonds: à se priver du "quelque chose" , le corps manifeste ses besoins, et on va finir par se jeter sur des aliments contenant le "quelque chose"; le corps ayant tant manqué, va stocker ce "quelque chose"... et ...

pour vivre mieux, vivons réel, vivons les vrais aliments, non trafiqués; c'est encore possible!!

 

De la même manière attention aux enrichissements...

on peut frémir avec ces nouveaux aliments, comme les yaourts enrichis en calcium et "vitamine D" pour faire grandir nos enfants alors qu'ils reçoivent déjà de la "vitamine D" en gouttes, et pire pour ceux qui reçoivent du lait industriel riche ou enrichi déjà en "vitamine D".

Pas assez de "quelque chose" n'est pas bon; Trop de "quelque chose" est néfaste!

Surtout quand on sait que les besoins journaliers ont été revus à la hausse....

Un peu de consommation ne fait jamais de mal: sans jeter le bébé avec l'eau du bain, soyez vigilant quant aux publicités! elles sont là pour faire acheter, et n'hésitent pas à vous dire que c'est sans matière grasse (mais oublient de dire que c'est 100% sucre -publicité d'une sucette);

 

Donner un médicament à l'enfant allaité

"On" propose souvent de donner les médicaments avec le biberon, dans un biberon, avec une tétine même.....

Ne donnez pas les médicaments avec un biberon comme c'est ainsi souvent conseillé, on le ne dira pas trop: le biberon entrave l'harmonie des tétées soit avec l'enfant qui refuse le sein comme première conséquence, soit avec l'enfant qui tète mal le sein comme autre conséquence. Enfin, c'est dommage d'introduire le biberon pour un médicament...

Alors:

tout d'abord, rappelez "j'allaite" à votre praticien parlez lui de la confusion sein tétine.... et arguments (ci-dessus) à l'appui: pas de traitement per os (comprenez par la bouche). Il existe des suppositoires...

Il est vrai que toute la pharmacopée n'est pas ou plutôt n'est plus représentée en suppositoires... le dernier antibio par suppos a disparu du marché il y a quelques années... donc parfois le praticien n'a pas le choix il a recours forcément au traitement per os.

Et pour donner le traitement oral quand vraiment ce mode est indispensable,

pensez pipette (ou seringue sans aiguille), ou tasse (même si ça déborde), ou cuillère (même si ça déborde).

D'autres éléments à suivre..

 
 
 
 
     

Copyright 1998-2004-2008-2015 sous dépôt auprès de la SGDL; toutes reproductions, copies et utilisations interdites sans autorisation